Museworld, exclusivement pour filles

Challenges l’a sélectionné en avril dans ses 100 start-up d’avenir. Et pourtant, en lisant la présentation qu’en fait le news magazine, j’étais plutôt sceptique. J’avais l’impression d’une sorte de Second Life version petite fille, une idée qui ne me séduisait pas du tout. Je suis donc allée voir d’un peu plus près de quoi il retournait.

Museworld est présenté comme un univers ludo-éducatif pour les filles de 6 à 14 ans.

Fondé en 2008 par Nathalie Felciai, mère de 3 enfants, Museworld, c’est à la fois des activités ludo-éducatives et une plate-forme communautaire, auxquels s’ajoute la vente de produits (poupées, livres, vêtements et accessoires pour filles…).

Une fois inscrite, la petite fille peut créer sa page perso, renseigner son humeur du moment, dialoguer avec ses amies en écrivant sur leur mur ou en leur envoyant des messages, leur faire des cadeaux virtuels, lire l’actualité sur les thèmes sélectionnés.

Il y a aussi « le monde de Jeanne », un univers avec différentes entrées ludo-éducatives, des lieux à parcourir dans la ville et dans la maison, on y trouve également un club de lecture, un club de la danse…

Museworld est donc un univers virtuel (et donc je n’étais pas très loin quand je pensais à Second Life) qui se rapproche aussi de Facebook, par sa dimension communautaire.

Comme on s’adresse ici à des mineurs, Museworld édite les règles d’or pour être une muse, autrement dit ce que l’on peut faire et surtout ce que l’on ne doit pas faire sur Internet.

Le site propose aussi une boutique où acheter des livres, de vraies poupées, des vêtements et accessoires pour poupées et pour filles.

Là où je trouve que le concept atteint ses limites, c’est lorsqu’il propose d’acheter des accessoires pour améliorer son avatar.

L’inscription au site est gratuite mais, si les parents souscrivent un abonnement mensuel (2,95 € pour 1 mois, 14,95€ pour 6 mois), la petite fille pourra envoyer des cadeaux virtuels à ses amis, habiller son avatar, avoir un animal, etc. J’avoue avoir plutôt du mal avec l’achat réél d’objets virtuels, encore plus lorsque l’on cherche à séduire cette tranche d’âge où la notion d’argent est loin d’être acquise. Je serais curieuse de connaître le chiffre d’affaires réalisé par la boutique virtuelle et dans quelle mesure la société mise là-dessus.

En conclusion, je reste donc partagée sur ce concept, même si j’admets que c’est un bon moyen de faire découvrir à votre enfant Internet, sa dimension sociale et éducative, tout en restant dans un cercle sécurisé.

Et vous, quel est votre avis ? En tant que parents, l’avez vous testé avec vos enfants ?

Billets en relation :

À propos Fabienne
Journaliste / Community manager. Passionnée de web, de médias sociaux et de nouvelles technos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :