Réseaux sociaux : oui mais… oui

L’info n’aura pas échappé aux accros des réseaux sociaux : les Français s’en méfient, ont peur pour leur vie privée, mais ils s’y ruent en masse.

La Tribune revient sur ces résultats dans son article Réseaux sociaux : allez comprendre la logique des internautes… (21 octobre 2011).

85% des Français sont inscrits sur un réseau social selon l’étude de l’Acsel (qui aborde, par ailleurs, bien d’autres usages numériques comme la banque en ligne, l’e-commerce ou encore l’e-administration). Or 48% craignent l’accès de leur vie privée par des inconnus, 41% l’accès à des données personnelles sans limite de temps, 38% la perte de vie privée en général.

Toutes ces craintes ne sont sans doute pas infondées. Et pourtant, comme j’ai déjà eu l’occasion d’en parler (ici notamment), il est presque aussi dangereux pour sa vie privée de ne pas être inscrit sur les réseaux. Disons que croire que l’on est protégé parce que l’on est inscrit nulle part est une douce utopie. Pas besoin d’être inscrit sur Facebook, LinkedIn ou Copains d’avant pour être déjà fliqué, fiché, catalogué et voir sa vie privée passée au crible. A partir du moment où vous êtes connectés, vous êtes pistés. Ne vous êtes vous jamais rendu compte comme les pubs qui s’incrustent sur votre écran font exactement référence à vos dernières recherches Google ?

Et puis, bien sûr, qui dit réseaux, dit e-réputation. A l’heure du numérique, le personal branding prend de plus en plus d’importance. Or, l’intérêt des réseaux sociaux réside justement dans le fait de pouvoir divulguer ce que l’on veux et d’avoir donc la vague impression de contrôler un peu mieux l’image que vous donnez. Et rappelez-vous aussi que vous n’êtes pas obligés de tout dévoiler sous prétexte que vous êtes entre « amis ».

Alors oui, je fais partie des 85% d’internautes inscrits sur les réseaux sociaux. Et je ne les compte même pas ! Enfin, si, disons que je dois participer à une bonne dizaine de communautés. Et oui, je crains pour l’accès à ma vie privée. Ma philosophie est d’ailleurs d’en laisser paraître le minimum là-dessus. Pour le reste, je me suis aperçue que les réseaux sociaux m’apportaient bien plus que les désavantages qu’ils pouvaient occasionner. Alors, les réseaux sociaux, oui et encore oui !

À propos Fabienne
Journaliste / Community manager. Passionnée de web, de médias sociaux et de nouvelles technos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :