Et il y aura l’iPad et les ultrabooks

J’ai pas mal entendu et lu ces derniers temps que 2012 serait l’année des ultrabooks. Au CES de Las Vegas en tout cas, les ultrabooks étaient à l’honneur. Alors qu’il y a un an, il n’y en avait que pour les tablettes, le salon de l’électronique grand public a inversé la donne cette année. Peu d’offres en matière de tablettes. Il faut dire que sur ce marché, il y a l’iPad et puis… l’iPad. Le 1, le 2, le 3 (enfin le 2S probablement) et en face, rien. Ah si ! La Galaxy Tab tout de même, seule concurrente digne de son nom au joujou d’Apple. Mais bon.

Alors plutôt que d’essayer de rivaliser et d’approcher la perfection (euh… oui, pour moi, l’iPad, c’est quasi la perfection), les constructeurs ont changé de catégories : vive les ultrabooks. Mais, attention, ultrabook ne veut pas dire netbook, on est bien d’accord. Les netbooks, vous voyez encore ce que c’est ? Enfin ce que c’était ? Ces mini portables avec une mini puissance qui ramaient dès qu’on leur demandait de faire deux choses à la fois. Les netbooks donc, terminés, place aux ultrabooks, cette nouvelle catégorie d’ordinateurs portables ultra-fins, mis en avant par Intel. L’ultrabook, c’est un peu le MacBook Air d’Apple (ah ! encore lui) version PC. En fait, c’est un portable équipé d’un clavier et d’un écran tactile. Ceux que les tablettes rebutaient en raison de l’absence de clavier (encore que, on peut très bien adapter un clavier sur un iPad) vont donc être contents. Et surtout, les constructeurs espèrent bien retrouver un second souffle : alors que les tablettes ont écrasé le marché des netbooks, ils comptent sur les ultraportables, aussi puissants qu’un vrai PC, pour contrer les écrans tactiles. A voir. Cela reste selon moi un marché de niche. En tout cas, tous s’y mettent. Et, face aux ultrabooks portés par Intel, AMD n’a pas tardé à proposer son offre : il s’apprête à sortir des ultrathins, à un prix inférieur à son concurrent.

Même ultraportable, cette nouvelle génération de PC ne peut se comparer aux tablettes. Pour une première raison simple : ils fonctionnent sous Windows. Rien à voir donc avec les systèmes d’exploitation embarqués sur iPad et autres tablettes Android. Un bon coup de com’ à l’occasion du CES, commente L’Usine Nouvelle. Les ultrabooks, vrais concurrents des tablettes ? Je n’y crois pas. Penser qu’il y a de la place pour un nouveau segment sur ce marché est un pari risqué. L’ultrabook reste un PC portable, à un prix qui demande à y réfléchir à deux fois.

Et vous, vous seriez prêt à acheter un ultrabook ?

À propos Fabienne
Journaliste / Community manager. Passionnée de web, de médias sociaux et de nouvelles technos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :