Journalistes high-tech : arrêtez le bénévolat !

Pour le coup, je sais que je ne vais pas me faire que des amis, mais tant pis ! Ceci est un coup de gueule contre tous ces sites high-tech qui recrutent à tour de bras des… bénévoles. Ah ! non, pas que des bénévoles, j’oubliais, qui recrutent aussi des stagiaires.

De par les sujets que j’aborde sur mon blog, je suscite de temps à autre l’intérêt de sites spécialisés dans le domaine numérique (e-business et internet mobile essentiellement). Passées les premières secondes de fierté (oui, ça fait toujours plaisir quand on vous dit qu’on a remarqué vos articles, qu’on apprécie votre expertise, etc.), passées donc ces premières secondes d’enthousiasme, vous vous rendez compte que le job que l’on veut vous vendre n’est en réalité pas un job. Ou plutôt si, il a tout d’un vrai poste, sauf que c’est du bénévolat.

Ce qui me vaut ce coup de gueule, la goutte d’eau qui fait déborder le vase en quelque sorte, c’est cette proposition de poste : chargé de veille/rédacteur (CDI) et puis, plus loin, « Pour participer à l’aventure XXX, nous vous proposons deux formats de collaboration : 1. le bénévolat ; 2. le stage conventionné ». Super !! Euh… moi, ce qui m’intéresse, c’est du bénévolat en CDD, c’est possible ?

Alors quand on creuse un peu, on vous répond que « oui, eh bien, on se lance, on n’a pas les moyens de payer des rédacteurs, dès qu’on aura un peu de sous on songera à une petite rémunération. » Ou encore, on vous annonce très sérieusement : « les contributeurs donnent de leur temps, il est normal qu’il y ait un retour. En échange de deux articles par mois, le site XXX vous fournit de la notoriété et de la visibilité » et… et c’est tout ! On s’étonne même que vous puissiez évoquer le côté rémunération. Ou alors, si ! Certains sites qui ont un peu plus de moyens vous propose une rémunération, mais au lance-pierres : quelques euros pour quelques centaines de mots (autour de 5 € le feuillet). Le calcul est vite fait.

Alors oui, moi aussi, j’ai succombé aux sirènes du bénévolat pour un site que j’apprécie particulièrement : tablette-tactile.net. Sauf que là personne ne me proposait un vrai job déguisé. C’était un article invité, point. Je me suis fait plaisir, j’ai eu une certaine audience que je n’aurais certainement pas eu toute seule sur mon blog. Voilà, c’était du gagnant-gagnant. Je ne le ferai pas tous les mois. Je ne sais même pas si je le referai tout court. J’ai beaucoup d’autres projets web perso que j’ai envie de mener par ailleurs.

Quand on voit, dans les commentaires de ces propositions de postes, le nombre de jeunes, des étudiants notamment, qui sautent sur l’occasion et qui se disent intéressés par ce genre de job parce que, ils l’avouent eux-mêmes, ils sont des passionnés, ça fait peur.

Parce que vous êtes passionnés, vous devriez travailler pour rien ? La presse va mal, on le sait, les sites ont du mal à vivre (survivre), mais ce n’est pas en bradant son savoir-faire qu’on les fera sortir la tête de l’eau. L’information de qualité, cela a un prix, les compétences, cela se rémunère. Le bénévolat ne fait que casser le marché, couler une profession. Un rédacteur, qu’il travaille pour un grand site de presse ou pour un site/blog de passionnés d’iPhone (c’est fou le nombre de sites sur ce sujet qui recrutent des bénévoles), effectue un vrai travail qui n’a rien à voir avec le bénévolat. Lorsque l’on creuse un peu, l’on s’aperçoit que derrière ces sites/blogs se cachent de vraies entreprises qui tirent ainsi tout leur bénéfice d’une main d’oeuvre bon marché gratuite. C’est tout simplement une honte.

Dans ces conditions, je préfère continuer mon blog, bénévole, qui au fil du temps à construit sa petite audience. C’est effectivement avant tout un passe-temps. Je me fais plaisir et ça ne me rapporte rien financièrement. Mais si, un jour, j’accepte de mettre mes compétences au service d’un site, je préfère que ce soit un vrai site d’infos qui rémunère ses rédacteurs avec un vrai salaire parce qu’ils effectuent un vrai travail de veille / rédaction / critique. Avis aux recruteurs potentiels !

À propos Fabienne
Journaliste / Community manager. Passionnée de web, de médias sociaux et de nouvelles technos.

8 Responses to Journalistes high-tech : arrêtez le bénévolat !

  1. Cécile dit :

    Merci pour ce coup de gueule, qui vaut dans bien des domaines, mais dis donc, en high, c’est vraiment la cata!

  2. Fabienne dit :

    @Cécile : oui, je suis curieuse de savoir si sur d’autres sites web non high-tech les pratiques sont les mêmes. Sinon ça a de quoi décourager les futurs web journalistes.

  3. Bonjour Fabienne,

    En vous suivant sur twitter, je découvre votre blog et suis ravi de le lire. Je suis moi-même passionné de web et aussi Grenoblois. Je trouve ce coup de gueule justifié, car c’est une réalité. Dans notre domaine, beaucoup de start-ups se créent chaque jour et se développent grâce à de nombreux stagiaires. Je ne dénigre pas les stages qui sont bien utiles à la fois pour les étudiants comme pour les boîtes, mais quand certaines entreprises n’« embauchent » que des stagiaires, ce n’est pas normal et vous avez raison de le dire!

    Au plaisir de vous lire.

    Michaël Bécheret

  4. Fabienne dit :

    @Michaël : Merci pour votre commentaire.

    Je partage votre point de vue sur les stagiaires qui ont effectivement tout à fait leur place et peuvent apporter beaucoup à l’entreprise par leur regard extérieur et neuf. Plus que le recrutement de stagiaires, c’est vraiment le coté bénévolat qui me met hors de moi.

    Au plaisir de se rencontrer entre geeks Grenoblois ;)

  5. Entièrement d’accord avec vous !

    Oui, à plaisir de se rencontrer autour d’un verre sur Grenoble.

  6. gaspardine dit :

    Bonjour je suis bien contente de lire votre article et de lire que vous partagez mon opinion! On vient de me proposer un job en tant que journaliste… bénévole. Ce que j’ai refusé et mon « recruteur » m’a dit texto qu’il ne comprenait pas que l’argent soit ma seule motivation. Précision, cet homme est un ancien haut fonctionnaire qui peut se permettre d’avoir moins de rentrées d’argents un mois ou deux, mais pas moi. Dans quel monde vit-on? Cela fait deux fois que l’on me travaille un vrai job non rémunéré avec de vraies recherches et tout ce qui s’en suit. Recruteurs, arrêtez SVP!

  7. gaspardine dit :

    que l’on me propose, pas « travaille »; sorry pour la coquille

  8. Fabienne dit :

    @gaspardine : Merci pour votre témoignage.
    Je suis moi aussi toujours surprise par la remarque des recruteurs qui vous disent : »ah mais ! quand on est journaliste, on sait très bien qu’on ne travaille pas pour l’argent ! » On me l’a déjà dit. Certes, si j’avais voulu être riche, je n’aurais pas choisi le métier de journaliste rédacteur. Mais si nous voulons vraiment faire du bon boulot, on ne peut pas se contenter de travailler pour la gloire. Si nous voulons défendre les valeurs de notre métier auxquelles je crois, nous devons absolument refuser le bénévolat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :