Twitter : les 10 erreurs à éviter

Pour séduire de nouveaux followers ou pour ne pas faire fuir ceux existants, mieux vaut éviter de commettre certaines erreurs ou maladresses. Il y a 10 points qui sont, pour moi, quasi rédhibitoires lorsque je visite un profil que je ne connais pas :

1. Ne pas mettre de photo / avatar à son profil.

avatar twitterPar défaut, Twitter vous affuble d’un oeuf sur fond coloré. Cet avatar par défaut manque cruellement de personnalisation. De plus, cela ne vous aide pas à vous distinguer de tous les autres followers qui ont fait comme vous (eh oui, rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul à commettre cette erreur). Vous donnez ainsi une mauvaise image de vous, l’image de quelqu’un qui ne souhaite pas s’impliquer, qui préfère se cacher ou qui a créé un compte Twitter juste pour suivre ceux des autres sans jamais oser passer à l’action.

Nul besoin de chercher la photo parfaite ou une image très originale. Vous n’êtes pas non plus obligé de mettre une photo de vous, mais mettez quelque chose, c’est tout. Autre avantage : votre avatar vous permettra de vous faire repérer plus rapidement par vos followers au milieu de leur timeline. Ne négligez donc pas cette étape pour la constitution de votre profil.

2. Ne pas remplir sa bio

twitter profil sans bioTwitter fourmille de profils anonymes ou, du moins, avec juste un nom sans autre indication. Laisser libre le champ de sa biographie est une erreur. Aucune fonction, aucun centre d’intérêt, aucun lieu géographique, aucun thème de prédilection ? Amis twittos, passez votre chemin, ce twitto-là n’a rien à dire. Sans vouloir tout dévoiler (vous êtes de toute façon limité à 160 caractères), dîtes-en un peu de vous afin d’humaniser votre profil et de susciter l’intérêt de quelques curieux.

3. Suivre un maximum de twittos sans avoir construit une vraie stratégie

twitter profil abonnJe vois des profils avec des centaines d’abonnements et, en face, quelques abonnés seulement avec en tout et pour tout quelques tweets qui se baladent. J’ai toujours un doute avec ce genre de profils. Cela démontre une absence de stratégie. On suit un maximum de personnes en espérant qu’elles vous suivent en retour.

Tweeter pour tweeter n’a aucun intérêt. Twitter impose de construire une véritable stratégie si l’on veut en retirer un certain intérêt. Et d’abord, avant de suivre pour suivre, il faut bien savoir ce que l’on recherche sur Twitter afin de choisir avec soin les profils à suivre.

4. Souhaiter la bienvenue / remercier ses nouveaux followers

Certes, ce n’est pas parce qu’on est sur Twitter et que l’on doit s’exprimer en un nombre minimal de caractères qu’il faut oublier toute règle de politesse. Ceci étant, ce genre de tweet qui souhaite systématiquement la bienvenue aux nouveaux followers ou qui les remercie du suivi m’énerve prodigieusement. Il n’apporte aucune valeur ajoutée et ne peut espérer flatter le follower que si le message provient d’une figure du web par exemple.

A éviter également les messages directs automatiques du style « Merci de me suivre. En quoi puis-je vous aider ? ». Cela se veut amical mais reste très impersonnel. Par contre, recevoir un message (privé) de bienvenue personnalisé est plutôt sympa. Exemple : « Merci de me suivre, je vois que vous êtes Grenoblois, on aura peut-être l’occasion de se rencontrer à telle occasion… »

5. Dire « bonjour », « bonne nuit »

Vous allez dire que je suis inhumaine… mais pas toujours ;) Oui, il y a certains tweets que je zappe, les : « Bonjour tout le monde ! », « Je vais me coucher! »,  » « Bonne nuit! », « Bon appétit! ». Bon, reconnaissez : qu’est ce que ça vous apporte, à vous personnellement, de voir ce genre de tweet sur votre timeline ?

Par contre, un « Bonjour @jfruiz !  Bon courage pour ta conférence aujourd’hui! » ou « Bon appétit ! Aujourd’hui je teste @rizzoetrizzo le nouveau resto qui vient d’ouvrir à Grenoble » ou « Minuit : fin de l’émission passionnante de @M6 sur les dangers des réseaux sociaux. Je vais enfin pouvoir me coucher » Vous l’aurez compris, je fuis les tweets impersonnels sans valeur ajoutée, mais je ne suis pas contre l’humanisation de la twittosphère. Et puis, lorsque vous aligner plusieurs dizaines de tweets par jour, vous pouvez vous permettre un simple « bonjour les twittos! » quand vous vous connectez le matin.

6. Multiplier les hashtags

Je croise des tweets avec 4, 5, 6 hashtags (le signe # suivi d’un mot clé) dans un même tweet. STOP ! Vous avez déjà essayé de lire un tweet entrecoupé de #, de @ et de liens raccourcis ?

hashtagsMa règle (à laquelle on peut déroger pour circonstances exceptionnelles) : 3 hashtags maximum par tweet ! Sinon, cela devient tellement indigeste qu’il n’y a plus qu’à zapper. Utiliser des hashtags, c’est bien, cela montre que vous avez compris les règles de la twittosphère, mais ce petit dièse est à consommer avec modération et à bon escient. Rien de sert de hashtaguer tous les mots/noms que vous croisez. De la lisibilité avant tout pour plus de visibilité.

7. Les conversations privées publiques

« @xxx Tu fais quoi à midi ? » « @yyy on se retrouve à telle heure à tel endroit ? ». S’il existe sur Twitter les Direct Messages c’est justement pour cela : les échanges perso entre deux twittos. Savoir que @xxx va déjeuner avec @yyy n’a pour moi aucun intérêt ( à partir du moment où @xxx et @yyy ne sont pas des personnalités publiques dont l’emploi du temps et les fréquentations sont susceptibles de révéler je ne sais quoi). Les profils dont la grande majorité des tweets relèvent de conversations privées n’ont pour moi aucun intérêt.

8. L’auto-promotion à outrance 

Certains comptes ne sont alimentés que par les nouveaux articles parus sur le blog de leur auteur. Lier son blog à son compte Twitter (via un service comme Hootsuite ou TwitterFeed par exemple) peut être intéressant à condition d’intercaler d’autres tweets plus personnels ou en lien avec vos sujets de prédilection. Et puis, pourquoi ne pas réécrire de temps en temps les titres de vos articles pour mieux les vendre ?

Quant aux outils qui permettent également de remonter d’anciens articles de blog (via le plugin Tweet Old Post pour WordPress par exemple) avec la mention « A relire » par exemple, ils ont leur limite : attiré par le titre, on se retrouve parfois à suivre un lien menant vers un article datant de 2009 complètement obsolète.

9. Les comptes alimentés automatiquement

D’autres comptes ne sont qu’une succession de tweets indiquant la sortie du journal paper.li de l’auteur. (Paper.li est un outil qui sélectionne les principaux tweets publiés sur les dernières 24h à partir des abonnements de l’utilisateur). Personnellement, je n’ai jamais trouvé d’intérêt à suivre le journal Paper.li d’un de mes followers. Autant lire les miens (vous pouvez créer un journal Paper.li pour vos principales listes, par exemple).

10. Les comptes privés

Certes, je suis quelques comptes dont les tweets sont privés parce que je connais la personne en question (cela ne veut pas dire, du reste, que j’approuve la pratique). Les followers qui me sont inconnus et refusent de rendre leurs tweets publics n’ont aucune chance que je les suive en retour : de quoi parlent-ils ? en quoi aurais-je intérêt à les suivre ? Si ce qu’ils disent est suffisamment intéressant, alors pourquoi se cacher ?

Et vous, quelles sont les pratiques qui vous dissuadent de suivre un twitto ?

Billets en relation :

  1. Pourquoi tweeter ? 
  2. Comment choisir les profils à suivre ? 
  3. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?
  4. Les 20 termes à connaître
  5. Débuter sur Twitter : les outils pour gérer son compte
  6. Twitter contre Echofon : le match des applis iPhone
  7. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Débuter sur Twitter #4 : les 20 termes à connaître

Bien que simplissime au premier abord, la prise en main de Twitter demande un peu d’entraînement. J’ai publié précédemment sur ce blog une série de billets sur le thème « Comment débuter sur Twitter » :

  1. Pourquoi tweeter ? 
  2. Comment choisir les profils à suivre ? 
  3. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?
  4. Les outils pour gérer son compte Twitter
  5. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Après la méthode, j’ai eu envie de poursuivre en explicitant un peu ces termes et sigles qui peuplent les tweets. En effet, pour les habitués de Twitter, les RT, hashtags, FollowFriday et autres TL n’ont pas de secrets. Mais lorsque l’on débute, difficile parfois de se retrouver dans tout ce jargon. Alors voilà les principaux termes que vous rencontrerez sur le réseau :

  • followers (ou abonnés) : les personnes qui vous suivent
  • followings (ou abonnements) : les personnes que vous suivez
  • twitto : utilisateur de Twitter
  • @pseudo: le caractère @ suivi d’un pseudo fait référence à un utilisateur de Twitter. On l’utilise lorsque l’on veut répondre directement à quelqu’un. Cela lui permet de savoir immédiatement qu’un message lui est adressé.
  • RT (re-tweet) : le RT suivi de @pseudo signifie que l’on retransmet le tweet de quelqu’un d’autre. On peut placer un commentaire avant le RT. Twitter permet aussi de retweeter via un simple clic sur le bouton « retweeter » visible sous un tweet. Cela est plus rapide mais ne permet pas d’apporter un commentaire au tweet. De plus, il rend moins visible la personne qui a retweeté car n’apparaît sur l’écran que le nom de la personne originaire du tweet.
  • via @pseudo : parfois vous ne voulez pas retweeter un post en intégralité ou bien vous voulez le modifier, le compléter tout en en rappelant la source. En indiquant via @pseudo, vous précisez ainsi la personne qui vous a inspiré le tweet.
  • TL (Time Line) : votre fil twitter, c’est-à-dire tous les tweets des personnes que vous suivez.
  • DM (Direct Message) : pour envoyer un message privé à quelqu’un sans en avertir toute la twittosphère. Attention, vous ne pouvez envoyer un message direct qu’à un follower qui vous suit.
  • Listes : elles permettent de classer vos abonnements par catégorie. Elles sont très utiles dès que vous commencez à avoir plusieurs dizaines d’abonnements. Vous avez le droit de créer 20 listes. Vous pouvez aussi vous abonner à des listes constituées par d’autres twittos.  Une chose à savoir : vous n’êtes pas obligés de vous abonner à un follower pour l’intégrer dans une liste. Il apparaîtra alors seulement dans la liste que vous avez créée, mais pas dans votre TL. Cela évite d’encombrer votre fil Twitter avec des comptes que vous ne désirez suivre que de loin. Sachez que vous pouvez aussi créer des listes privées, visibles de vous seuls.
  • Listé : indique les listes dans lesquelles vos followers vous ont classé.
  • Favoris : ce sont les tweets que vous aurez décidés de conserver en cliquant sur la petite étoile sous le tweet en question.
  • hashtags (#). Ils permettent aux utilisateurs de suivre plus facilement les tweets concernant un événement ou un sujet en particulier. En cliquant sur un hashtag, vous avez accès à tous les tweets relatifs à ce hashtag, y compris ceux écrits par des personnes que vous ne suivez pas. Cela est très pratique lorsque vous voulez suivre tout ce qui se dit sur une manifestation en direct. Les hashtags permettent aussi d’effectuer une veille sur un sujet donné. Pour savoir quel hashtag utiliser quand vous tweetez ou connaître le hashtag correspondant à un événement, vous pouvez vous référer au site What Hashtag : vous tapez un mot clé et le moteur de recherche vous indique tous les hashtags en lien avec votre requête selon leur fréquence d’utilisation.
  • livetweeter : raconter en direct sur Twitter un événement, une émission que vous suivez, en prenant soin d’intégrer le hashtag correspondant à l’événement.
  • compte vérifié : il s’agit d’un compte authentifié comme tel. Cela permet d’être sûr que l’on suit bien le compte de la personne, l’organisme ou l’entreprise que l’on souhaite et non celui d’un homonyme ou d’un escroc. Le compte vérifié apparaît avec une icône sous forme de fleur bleue marquée d’un v blanc.
  • FollowFriday (#FF) : tous les vendredis, les twittos vous recommandent d’autres twittos à suivre. Ils les indiquent par un #FF suivi de @ et du nom de la personne. Cette pratique vous permet de faire de belles découvertes surtout lorsque le twitto prend la peine de commenter son FollowFriday pour nous expliquer pourquoi il nomme telle ou telle personne.
  • #jeudiconfession : à la manière du #FF, le #jeudiconfession, comme son nom l’indique, invite les twitos à exprimer chaque jeudi quelque chose qui leur tient à coeur.
  • raccourcisseurs d’URL : sur Twitter, il faut faire court, alors raccourcir les liens est indispensable. Si vous postez depuis Twitter (ou depuis l’un de ses nombreux clients), cela est automatique. Mais vous pouvez passer aussi par un raccourcisseur d’URL. Il présente l’avantage de vous offrir des services en plus, comme des statistiques par rapport au nombre de clics sur vos liens. Pour ma part, j’utilise bitly.
  • tendances : ce sont les termes les plus utilisés sur la twittosphère à un moment donné.
  • tweet sponsorisé : tweet publicitaire. Il apparaît dans le haut de votre TL et est indiqué clairement par une petite icône orange et la mention « sponsorisé par … ».  Vous ne recevrez de tweet publicitaire que si vous êtes abonnés à l’entreprise qui le produit.
  • tweet géolocalisé : lorsque vous tweetez, vous avez la possibilité de vous géolocaliser. Sous Twitter, il suffit  de cliquer sur le petit cercle barré qui apparaît sous le cadre de votre statut et de choisir éventuellement parmi les lieux proposés. Les tweets géolocalisés sont encore rares. Sur votre TL, la géolocalisation apparaît par une petite icone en forme d’épingle en haut à droite du tweet. La géolocalisation peut être intéressante dès lors que vous donnez votre avis sur un restau ou un commerçant, ou bien pour les sites d’emploi par exemple.

Billets en relation :

  1. Pourquoi tweeter ? 
  2. Comment choisir les profils à suivre ? 
  3. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter
  4. Les outils pour gérer son compte Twitter
  5. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Débuter sur Twitter #3 : Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?

Quand on débute sur Twitter, on peut avoir l’impression de débarquer au milieu d’une immense discussion sans queue ni tête, remplie de signes singuliers. De quoi aussi se laisser très vite submerger par l’info qui ne cesse d’arriver en continu sur sa time line. Il est vrai qu’au tout début avec moins de 100 followings (ces fameux gens que l’on suit), on peut arriver encore à s’y retrouver. Bien vite cependant, un peu d’organisation s’impose.

  • Constituer des listes pour classer vos abonnements au fur et à mesure. Personnellement, j’essaie de lister tous mes followings même si ce n’est pas toujours évident de trouver la liste correspondant le mieux à leur profil. Certains seront peut-être étonnés de se voir intégrer dans telle ou telle liste, mais l’important est que vous vous y retrouviez. Twitter permet de créer des listes privées, visibles donc par vous seuls. Vous pouvez aussi vous abonner aux listes d’autres twittos. Inutile en effet de recréer ce qui existe déjà.
  • Vous vous apercevrez que Twitter est très vite chronophage. Pour tirer au mieux partie de son formidable potentiel d’informations et gérer vos listes, il existe de nombreux outils.Tweetdeck vous permet d’afficher plusieurs listes sur un seul écran. Vous pouvez aussi paramétrer des agrégateurs de réseaux sociaux, tel Hootsuite, de façon à voir toutes vos listes d’un seul coup d’œil. Mais l’opération reste assez fastidieuse et le résultat pas satisfaisant à mon goût. Personnellement, j’ai longtemps utilisé Tweetdeck que j’ai progressivement abandonné avec l’apparition des listes sur Twitter (eh oui, pour les petits nouveaux, à ses débuts, Twitter n’offrait pas la possibilité de classer ses followings dans des listes, le site web de Twitter devenait donc très vite imbuvable lorsque vous suiviez plusieurs centaines de personnes). Aujourd’hui je n’ai pas encore trouvé d’outil idéal pour suivre toutes mes listes en même temps. Même si j’utilise de temps en temps Hoosuite, je les consulte aussi beaucoup depuis le site même de Twitter. Afficher sur un même écran plus de 3 listes devient en effet rapidement illisible. Mais je suis loin d’avoir testé tous les clients Twitter !
  • Utiliser le moteur de recherche de Twitter pour repérer des tweets sur les thèmes qui vous intéressent et les sujets sur lesquels vous faites de la veille.
  • Abusez des favoris ! Je consulte ma timeline plusieurs fois par jour. Parfois j’ai le temps de m’y attarder, d’autres fois, je ne dispose que de 5 minutes pour y jeter un coup d’œil rapide. Lorsque je repère un lien qui semble intéressant ou un tweet qui m’interpelle et que je n’ai pas le temps d’approfondir et de lire l’article mentionné, je le mets en favoris pour y revenir plus tard. J’ai ainsi une liste de favoris assez conséquente car s’y trouvent aussi bien les tweets que je souhaite effectivement conservés dans la durée pour x raisons et d’autres qui ne sont là que temporairement en attente de traitement. Je n’ai pas encore trouvé de gestionnaire de favoris twitter et, personnellement, cela me manque beaucoup. J’aimerais en effet pouvoir classer mes favoris, les tagguer, etc. pour mieux m’y retrouver. Je ne désespère pas qu’un tel outil arrive un jour.
  • A moins de passer sa vie devant son écran, mais vous avez sans doute autre chose à faire, pour être sûr ne rater aucun tweet important, des solutions existent.Paper.li vous permet de vous constituer un journal quotidien regroupant les principaux tweets issus de vos abonnements. Vous pouvez créer jusqu’à 10 journaux différents. Pour ma part, j’en ai créé un général qui rassemble l’activité de mes quelques 500 abonnements. A côté de cette édition généraliste, j’ai créé des journaux par listes. Je peux avoir ainsi quotidiennement un aperçu de ce qui a été dit par la communauté geek que je suis ou par les journalistes web. Vous pouvez aussi vous constituer une liste à partir d’un mot clé. Je reviendrai dans un prochain billet sur Paper.li que j’ai eu du mal à apprivoiser au départ, que j’ai même délaissé avant de m’y accrocher et que je trouve désormais de plus en plus intéressant.
  • Dans le même esprit mais avec une présentation beaucoup plus basique, vous avez thecadmus.com, que j’ai découvert tout récemment. Ce service affiche les derniers tweets les plus commentés ou retweetés durant les 6, 12 ou 24 dernières heures, durant les trois derniers jours ou la semaine écoulée. Là encore, un outil bien pratique que j’utilise de temps en temps.
  • Les clients mobiles. Je tweete beaucoup depuis mon iPhone. Là encore, il existe plusieurs clients qui ont chacun leurs atouts et leurs limites. Pour ma part, j’utilise Echofon (l’ancien Twitterfon). Après avoir testé l’application Twitter récemment sortie, je trouve personnellement Echofon plus performant et mieux adapté à mon usage personnel. Twitterific et Tweetdeck ont aussi leurs adeptes. A vous de tester.

Pour en savoir plus sur Twitter, ses usages, son « mode d’emploi », son potentiel :

Les articles ne manquent pas sur le sujet, je ne ferais donc pas de listes de recommandation, je vous conseillerai seulement de suivre le compte @ApprendreTwiter pour les débutants et les autres, ainsi que @twoutils ; et pour ceux qui veulent aller plus loin, je ne peux que vous inciter vivement à lire un excellent e-book :  Tirer le meilleur parti de Twitter dont la deuxième édition vient de sortir.

Si vous voulez me suivre sur Twitter, c’est par ici.

Billets en relation :

  1. Pourquoi tweeter ?
  2. Comment choisir les profils à suivre ?
  3. Les 20 termes à connaître
  4. Les outils pour gérer son compte
  5. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Débuter sur Twitter #2 : Comment choisir les profils à suivre ?

Après avoir vu précédemment les différents usages de Twitter et les 10 intérêts que j’y trouve personnellement, je vous livre ici les critères et la méthode que j’utilise pour choisir et gérer mes abonnements.

Personnellement, le choix de mes followings (ou abonnements) se fait selon deux critères principaux : le profil, j’entends par là la mini biographie (d’où l’importance de bien la renseigner) et les derniers tweets. Quelqu’un qui sur 10 tweets en passent plus de la moitié à raconter sa vie ne m’intéresse pas. Ni celui qui inonde ses followers avec 1 tweet toutes les minutes ou qui ne fait que re-tweeter, autant s’abonner à la source. Je fuis également les comptes alimentés automatiquement, je veux dire ceux qui utilisent Twitter pour ne faire que de l’autopromotion de leur blog via de multiples outils reliant automatiquement leur blog à leur compte twitter. Faire la promo de ses billets, d’accord, mais avec parcimonie.

Je fais aussi attention à la localisation du profil lorsqu’elle est suffisamment bien renseignée. Il m’arrive de suivre quelques personnes uniquement parce qu’elles habitent ma ville et qu’elles me fournissent de temps à autres des infos locales intéressantes.

Je jette enfin un œil sur le rapport nombre d’abonnés/nombre d’abonnements. Un profil qui comptent plusieurs centaines d’abonnements et qui n’a en retour que quelques abonnés ne m’inspire pas confiance : c’est d’ailleurs souvent quelqu’un dont l’unique objectif est d’engranger le maximum de followers en s’abonnant tout azimut. A fuir donc, a priori.

Il est bien sûr normal qu’au début vous ayez plus d’abonnements que d’abonnés, mais prenez votre temps. Un réseau efficace se construit pas à pas. Inutile de suivre dès le départ tous les profils qui semblent correspondre à vos centres d’intérêt. Certains se recoupent, fournissent les mêmes liens, tweetent les mêmes infos. Au besoin, créez-vous une liste privée de profils à tester pour voir si, sur la durée, il s’avère pertinent de continuer à les suivre (sur la constitution des listes, voir mon prochain billet : « Débuter sur Twitter #3 :Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ? »).

Un conseil : Ne suivez pas systématiquement ceux qui vous suivent. Je dois follower en retour environ 50 % de mes followers.

Certains vous suivent uniquement pour que vous les suiviez en retour, puis s’empressent de se désabonner. Certains ont un profil extrêmement éloigné du vôtre et vous n’êtes pas obligé de leur trouver un intérêt réciproque. D’autres ont un objectif purement marketing : les marques vous suivent pour se faire connaître et n’attendent qu’une chose que vous les suiviez à votre tour. Certaines ne se basent d’ailleurs que sur un tweet de votre part pour estimer que leur service ou produit est susceptible de vous intéresser. J’ai comme ça un certain nombre d’entreprises abonnées à mon compte et qui se méprennent totalement quant à mes centres d’intérêt. Tant pis pour elles ! Et puis, j’applique à mes followers la même règle que pour choisir un nouvel abonnement : consultation du profil, des derniers tweets.

La nouvelle version de Twitter permet d’avoir un aperçu rapide des profils sans quitter sa time line (TL). Ce n’est certes pas toujours suffisant pour se faire une idée, mais disons qu’il m’arrive de follower quelqu’un uniquement parce que ses trois derniers tweets m’ont intéressée. En analysant vos abonnements, Twitter vous fait également des suggestions de comptes à suivre qui sont souvent assez pertinents.

Tous les vendredis, la twittosphère frétille au rythme des #FF ou #FollowFriday. Ce sont les suggestions de vos followings : les personnes que vous suivez vous recommandent d’autres personnes à suivre. Je ne pratique pas assidûment le FF pour une raison simple : j’aime bien commenter mes FollowFriday, dire pourquoi je recommande ce profil, quels sont ses sujets de tweets favoris. Une liste de personnes à suivre sans commentaire ne présente pour moi aucun intérêt.

Un dernier conseil : faites le ménage régulièrement. Certains comptes ne sont plus alimentés depuis des mois, désabonnez-vous, vous aurez l’impression d’être plus léger même si ce ne sont pas eux qui monopolisent votre TL. Personnellement, à quelques exceptions près, je me désabonne des comptes non mis à jour depuis au moins deux mois. Même si vous ne tweetez pas systématiquement tous les jours (il m’arrive de ne pas tweeter pendant trois ou quatre jours), Twitter n’a d’intérêt que si vous l’utilisez très régulièrement (ce n’est d’ailleurs pas parce que je ne tweete pas que je ne consulte pas mon fil plusieurs fois par jour).

Et pour savoir qui vous suit et qui ne vous suit pas parmi ceux que vous suivez, et inversement, qui vous suivez ou pas parmi ceux qui vous suivent (c’est clair ?), il existe différents outils. J’utilise pour ma part Friend or follow ou  Unfollow Finder.

Et si vous voulez me suivre sur Twitter, c’est par ici.

Billets en relation :

  1. Pourquoi tweeter ?
  2. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?
  3. Les 20 termes à connaître
  4. Les outils pour gérer son compte Twitter
  5. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Débuter sur Twitter #1 : Pourquoi tweeter ?

Si Twitter est un outil devenu indispensable à bon nombre d’internautes, tous n‘ont pas encore franchi le pas. Soit parce qu’ils jugent ce gazouillis incessant sans intérêt, soit parce qu’ils pensent que cela est réservé à une population jeune et geek, soit parce qu’ils sont réfractaires aux réseaux sociaux, ou pour toute autre raison.

J’utilise personnellement Twitter depuis bientôt 2 ans (sous le pseudo fab_co) et à ce titre j’ai, je crois, suffisamment d’expérience pour vous livrer mon retour et quelques conseils.

Je diviserai ce billet en plusieurs volets :

# 1. Pourquoi utiliser Twitter ? Quels intérêts puis-je y trouver ?

Et tout d’abord, mon  premier conseil : osez ! Allez-y, créez un compte et lancez-vous. Ce n’est pas en observant d’un oeil extérieur la twittosphère que vous apprendrez à vous en servir et surtout que vous en décèlerez la substantifique moëlle. Renseignez bien votre profil : mettez une photo, remplissez votre mini bio (profession, centres d’intérêt, vos sujets de tweets…), inscrivez votre localisation, ceci permet aux twittos (les utilisateurs de Twitter) de vous repérez plus facilement.

Une fois votre compte créé, observez (je sais, je viens juste de vous dire l’inverse dans mon premier conseil). Consultez les profils des twittos, repérez ceux qui vous semblent intéressants, balayez leurs 10-15 derniers tweets et si vous en repérez quelques-uns qui éveillent votre curiosité, suivez-les. Je reviendrai dans mon prochain billet sur le choix des profils à suivre.

Pourquoi utiliser Twitter ?

Les usages sont multiples et peuvent être aussi bien personnels que professionnels. Voyez ce résumé en image qui recense un grand nombre d’usages de Twitter (professionnels essentiellement).

Je vous livre ici ma petite liste des 10 intérêts de Twitter, liste non exhaustive bien sûr.

Twitter permet de :

  1. Suivre l’actualité en générale : de plus en plus, l’info circule sur Twitter avant d’être annoncée par les médias traditionnels. Attention cependant à en vérifier la véracité. Les principaux médias (presse écrite, TV, radio, web) ont aussi leur compte.
  2. Suivre le déroulement d’un événement en temps réel : conférence de presse (les Keynotes d’Apple par exemple), procès (Clearstream), débats à l’Assemblée nationale…
  3. Suivre l’actualité de mes centres d’intérêt : vous êtes passionnés de rugby ou de foot, vous pourrez suivre le compte de certains joueurs, de clubs ou de simples passionnés comme vous qui n’hésitent pas à commenter les matches en direct.
  4. Effectuer de la veille sur un sujet donné grâce notamment au moteur de recherche de Twitter. Vous pouvez sauvegarder votre recherche et donc y revenir quand vous voulez.
  5. Cultiver un esprit d’ouverture. Vos followings ne tweetent pas uniquement sur leurs sujets favoris. Vous pouvez ainsi faire de belles découvertes, vous ouvrir à d’autres horizons et avoir envie de suivre des twittos que vous n’auriez jamais suivis sans la mention ou la recommandation de l’un de vos followings.
  6. Se constituer un réseau, faire connaissance avec des personnes que vous n’auriez jamais eu l’occasion de rencontrer dans la « vraie » vie. Attention, Twitter n’est pas un réseau social au sens de Facebook ou LinkedIn. Twitter présente l’avantage de vous permettre de suivre des contacts qui vous intéressent sans avoir besoin de leur accord. Vous pouvez ainsi repérer des personnes qui évoluent dans le même secteur d’activité que vous par exemple et qui pourraient vous donner des conseils ou des pistes dans votre recherche d’emploi ou vous tenir tout simplement informer des opportunités qui s’offrent à vous dans votre secteur ou votre métier.
  7. Poser des questions à la communauté toute entière. Grâce au système de re-tweet, vous pourrez ainsi obtenir des réponses y compris par des personnes qui ne vous suivent pas. Problèmes informatiques, recherche d’un prestataire, souci avec un opérateur, litige avec un commerçant, co-voiturage, recherche d’appartement ou d’une chambre d’hôtel, conseil sur les coins à visiter ou les bons restaurants dans une ville que l’on ne connaît pas… les requêtes sont multiples.
  8. Organisez un sondage et obtenir rapidement une tendance.
  9. Promouvoir votre blog en alertant vos followers sur la publication de vos derniers billets,
  10. Faire connaître votre savoir-faire, votre expertise, en répondant aux questions, en donnant votre avis.

C’est en vous familiarisant avec l’outil, en observant et en tweetant que vous y trouverez peu à peu vos propres intérêts. Alors, encore une fois, pour ceux qui hésitent, allez-y !

Et si vous voulez me suivre, soyez les bienvenus !

Billets en relation :

  1. Comment choisir les profils à suivre ?
  2. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?
  3. Les 20 termes à connaître
  4. Les outils pour gérer son compte
  5. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Twitter vs Echofon : le match des applis iPhone

Eh bien non, Twitter n’avait pas encore son application officielle sur iPhone. Il existe en effet de multiples clients pour tweeter depuis son mobile mais aucune officiellement estampillée Twitter. Disponible depuis quelques jours sur l’Appstore, l’application Twitter est gratuite.

J’ai l’habitude depuis longtemps d’utiliser Echofon, un client gratuit pour tweeter depuis son iPhone. Alors, après quelques jours d’utilisation, voici mon comparatif entre Twitter et Echofon.

  • La présentation générale des tweets (Twitter : 0 / Echofon : 1)

Sur Twitter, les liens ne sont pas différenciés alors qu’ils apparaissent bien distinctement en bleu sur Echofon. Même chose avec les mentions @xxx. Difficile donc de s’y retrouver très rapidement lorsque vous balayez votre time line.

Autre inconvénient de Twitter : vous ne pouvez pas cliquer directement sur le lien, vous devez ouvrir le tweet.

  • L’envoi de messages. (Twitter : 1 / Echofon : 1)

Contrairement à Echofon, l’appli Twitter  intègre directement un raccourcisseur d’URL, bien pratique. Elle propose également un bouton hashtags.

MAJ du 09/05/10 suite à la remarque de @delew et après vérification :

Echofon raccourcit automatiquement les URL lorsque votre tweet dépasse les 140 signes. L’opération n’est cependant pas visible avant d’appuyer sur le bouton envoi contrairement à Twitter. Je n’avais donc jamais osé tester, c’est fait et je confirme, ça marche.

  • La présentation des profils (Twitter : 1 / Echofon : 1)

Rien à redire sur l’appli Twitter. On retrouve les mêmes infos que chez Echofon, présentées différemment mais aussi clairement.

  • L’affichage des listes (Twitter : 0 / Echofon : 1)

Sur Echofon, un bouton dans la barre du bas vous permet d’y accéder directement. Sur Twitter, il faut aller sur les …, ce qui n’est pas très intuitif. Par ailleurs, la liste de vos listes sur Twitter intègre en même temps les listes auxquelles vous vous êtes abonnés, contrairement à Echofon qui sépare bien distinctement les deux. Personnellement, les listes que je suis ne sont pas celles que je consulte en priorité ni le plus souvent. Ce sont mes propres listes qui m’intéressent avant tout, celles qui apparaissent au début sur Echofon.

Sur le bouton listes d’Echofon vous avez également la possibilité de visualiser très rapidement là où vous êtes listés. Sur Twitter, il faut passer par son profil.

  • L’ergonomie (Twitter : 0 / Echofon : 1)

Une prise en main peu intuitive chez Twitter et un détail très énervant : lorsque vous quittez l’application et que vous y revenez, Twitter vous remet exactement à la page d’où vous étiez parti (soit la page de liste, de profil, de résultats de recherche…). Personnellement, quand je quitte l’application, j’estime que j’ai eu par exemple la réponse à ma requête, je ne vais pas revenir dessus dans quelques minutes. Echofon, lui, vous remet systématique sur la page d’accueil avec votre time line, ce que je trouve personnellement beaucoup plus pratique et, me semble-t-il, logique.

  • Indication des nouveaux followers (Twitter : 0 / Echofon : 0)

Alors là, match nul. Aucune des deux applications ne vous permet de connaître en temps réel vos nouveaux followers. Vous devez systématiquement passer par votre page profil.

Résultat : Twitter : 2 / Echofon : 5

En conclusion, je continuerai à utiliser Echofon.

Et vous, avec-vous testé l’appli Twitter ? Quel est votre avis ?

Twitter, les marques et moi

Régulièrement, sur Twitter, je découvre parmi mes nouveaux followers des marques et des sociétés qui, pour certaines, me laissent perplexe tant leur activité ou leurs produits sont loin de mes préoccupations. Et je m’interroge donc sur leurs critères de sélection.

  • Le sexe, l’âge, la localisation géographique et, plus judicieusement à mon sens, l’activité professionnelle peuvent constituer un de ces critères.
  • Je m’aperçois aussi régulièrement qu’un seul tweet comportant un mot ou un lien vers un article traitant d’un sujet particulier suffit à me ramener un follower que je qualifierai d' »intéressé » au sens économique du terme.  
  • Enfin, je récupère certains followers, je ne sais absolument pas comment, n’ayant jamais abordé d’une façon ou d’une autre leur secteur d’activité.

Je parle assez peu de ma vie privée sur les réseaux sociaux et même si, par certains recoupements, on peut deviner telle ou telle chose, neuf fois sur dix le follower « intéressé » ne représente pour moi aucun intérêt. 

Quelques exemples parmi mes derniers followers « intéressés » : le magazine de la voiture électrique, lentilles-online.net, Technidog.com (le store en ligne pour faire plaisir à votre chien) ou encore, bien que ce ne soit pas une entreprise, Collectif OLP (pour un accès des filles à tous les internats de prépa). 

Qu’ils sachent donc que je n’ai nullement l’intention, jusqu’à nouvel ordre, d’acheter une voiture électrique, de porter des lentilles, d’acquérir un chien (je ne supporte pas les animaux domestiques) ou de reprendre mes études.

Certes, tout le monde aura par exemple remarqué que sur la photo de mon profil je porte des lunettes de soleil. En surfant un peu sur le web, on découvrira aussi, c’est pas un scoop, que je porte des lunettes tout court. Bien jouer donc pour lentilles-online. Follower tous les twittos qui portent des lunettes est une stratégie comme une autre (ou plutôt un critère comme un autre) qui peut se discuter. Toutefois si lentilles-online souhaite ne plus me follower, je ne lui en voudrai pas (tout comme les trois autres cités plus haut).

Quel intérêt pour ces marques de cibler tout azimuts ? Ont-elles contruit une vraie stratégie de réseau social ? ou dupliquent-elles sur le net leurs pratiques de publipostage et de mailing ? Qu’attendent-elles des réseaux sociaux ?

J’en profite au passage pour remercier tous mes autres followers, et notamment les entreprises de presse, les agences de communication et relations publiques, les acteurs du numérique et autres sociétés oeuvrant dans les NTIC et tous les passionnés du net comme moi qui ont envie de partager sur Twitter leurs découvertes et leur expérience.

%d blogueurs aiment cette page :