Twitter : les 10 erreurs à éviter

Pour séduire de nouveaux followers ou pour ne pas faire fuir ceux existants, mieux vaut éviter de commettre certaines erreurs ou maladresses. Il y a 10 points qui sont, pour moi, quasi rédhibitoires lorsque je visite un profil que je ne connais pas :

1. Ne pas mettre de photo / avatar à son profil.

avatar twitterPar défaut, Twitter vous affuble d’un oeuf sur fond coloré. Cet avatar par défaut manque cruellement de personnalisation. De plus, cela ne vous aide pas à vous distinguer de tous les autres followers qui ont fait comme vous (eh oui, rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul à commettre cette erreur). Vous donnez ainsi une mauvaise image de vous, l’image de quelqu’un qui ne souhaite pas s’impliquer, qui préfère se cacher ou qui a créé un compte Twitter juste pour suivre ceux des autres sans jamais oser passer à l’action.

Nul besoin de chercher la photo parfaite ou une image très originale. Vous n’êtes pas non plus obligé de mettre une photo de vous, mais mettez quelque chose, c’est tout. Autre avantage : votre avatar vous permettra de vous faire repérer plus rapidement par vos followers au milieu de leur timeline. Ne négligez donc pas cette étape pour la constitution de votre profil.

2. Ne pas remplir sa bio

twitter profil sans bioTwitter fourmille de profils anonymes ou, du moins, avec juste un nom sans autre indication. Laisser libre le champ de sa biographie est une erreur. Aucune fonction, aucun centre d’intérêt, aucun lieu géographique, aucun thème de prédilection ? Amis twittos, passez votre chemin, ce twitto-là n’a rien à dire. Sans vouloir tout dévoiler (vous êtes de toute façon limité à 160 caractères), dîtes-en un peu de vous afin d’humaniser votre profil et de susciter l’intérêt de quelques curieux.

3. Suivre un maximum de twittos sans avoir construit une vraie stratégie

twitter profil abonnJe vois des profils avec des centaines d’abonnements et, en face, quelques abonnés seulement avec en tout et pour tout quelques tweets qui se baladent. J’ai toujours un doute avec ce genre de profils. Cela démontre une absence de stratégie. On suit un maximum de personnes en espérant qu’elles vous suivent en retour.

Tweeter pour tweeter n’a aucun intérêt. Twitter impose de construire une véritable stratégie si l’on veut en retirer un certain intérêt. Et d’abord, avant de suivre pour suivre, il faut bien savoir ce que l’on recherche sur Twitter afin de choisir avec soin les profils à suivre.

4. Souhaiter la bienvenue / remercier ses nouveaux followers

Certes, ce n’est pas parce qu’on est sur Twitter et que l’on doit s’exprimer en un nombre minimal de caractères qu’il faut oublier toute règle de politesse. Ceci étant, ce genre de tweet qui souhaite systématiquement la bienvenue aux nouveaux followers ou qui les remercie du suivi m’énerve prodigieusement. Il n’apporte aucune valeur ajoutée et ne peut espérer flatter le follower que si le message provient d’une figure du web par exemple.

A éviter également les messages directs automatiques du style « Merci de me suivre. En quoi puis-je vous aider ? ». Cela se veut amical mais reste très impersonnel. Par contre, recevoir un message (privé) de bienvenue personnalisé est plutôt sympa. Exemple : « Merci de me suivre, je vois que vous êtes Grenoblois, on aura peut-être l’occasion de se rencontrer à telle occasion… »

5. Dire « bonjour », « bonne nuit »

Vous allez dire que je suis inhumaine… mais pas toujours ;) Oui, il y a certains tweets que je zappe, les : « Bonjour tout le monde ! », « Je vais me coucher! »,  » « Bonne nuit! », « Bon appétit! ». Bon, reconnaissez : qu’est ce que ça vous apporte, à vous personnellement, de voir ce genre de tweet sur votre timeline ?

Par contre, un « Bonjour @jfruiz !  Bon courage pour ta conférence aujourd’hui! » ou « Bon appétit ! Aujourd’hui je teste @rizzoetrizzo le nouveau resto qui vient d’ouvrir à Grenoble » ou « Minuit : fin de l’émission passionnante de @M6 sur les dangers des réseaux sociaux. Je vais enfin pouvoir me coucher » Vous l’aurez compris, je fuis les tweets impersonnels sans valeur ajoutée, mais je ne suis pas contre l’humanisation de la twittosphère. Et puis, lorsque vous aligner plusieurs dizaines de tweets par jour, vous pouvez vous permettre un simple « bonjour les twittos! » quand vous vous connectez le matin.

6. Multiplier les hashtags

Je croise des tweets avec 4, 5, 6 hashtags (le signe # suivi d’un mot clé) dans un même tweet. STOP ! Vous avez déjà essayé de lire un tweet entrecoupé de #, de @ et de liens raccourcis ?

hashtagsMa règle (à laquelle on peut déroger pour circonstances exceptionnelles) : 3 hashtags maximum par tweet ! Sinon, cela devient tellement indigeste qu’il n’y a plus qu’à zapper. Utiliser des hashtags, c’est bien, cela montre que vous avez compris les règles de la twittosphère, mais ce petit dièse est à consommer avec modération et à bon escient. Rien de sert de hashtaguer tous les mots/noms que vous croisez. De la lisibilité avant tout pour plus de visibilité.

7. Les conversations privées publiques

« @xxx Tu fais quoi à midi ? » « @yyy on se retrouve à telle heure à tel endroit ? ». S’il existe sur Twitter les Direct Messages c’est justement pour cela : les échanges perso entre deux twittos. Savoir que @xxx va déjeuner avec @yyy n’a pour moi aucun intérêt ( à partir du moment où @xxx et @yyy ne sont pas des personnalités publiques dont l’emploi du temps et les fréquentations sont susceptibles de révéler je ne sais quoi). Les profils dont la grande majorité des tweets relèvent de conversations privées n’ont pour moi aucun intérêt.

8. L’auto-promotion à outrance 

Certains comptes ne sont alimentés que par les nouveaux articles parus sur le blog de leur auteur. Lier son blog à son compte Twitter (via un service comme Hootsuite ou TwitterFeed par exemple) peut être intéressant à condition d’intercaler d’autres tweets plus personnels ou en lien avec vos sujets de prédilection. Et puis, pourquoi ne pas réécrire de temps en temps les titres de vos articles pour mieux les vendre ?

Quant aux outils qui permettent également de remonter d’anciens articles de blog (via le plugin Tweet Old Post pour WordPress par exemple) avec la mention « A relire » par exemple, ils ont leur limite : attiré par le titre, on se retrouve parfois à suivre un lien menant vers un article datant de 2009 complètement obsolète.

9. Les comptes alimentés automatiquement

D’autres comptes ne sont qu’une succession de tweets indiquant la sortie du journal paper.li de l’auteur. (Paper.li est un outil qui sélectionne les principaux tweets publiés sur les dernières 24h à partir des abonnements de l’utilisateur). Personnellement, je n’ai jamais trouvé d’intérêt à suivre le journal Paper.li d’un de mes followers. Autant lire les miens (vous pouvez créer un journal Paper.li pour vos principales listes, par exemple).

10. Les comptes privés

Certes, je suis quelques comptes dont les tweets sont privés parce que je connais la personne en question (cela ne veut pas dire, du reste, que j’approuve la pratique). Les followers qui me sont inconnus et refusent de rendre leurs tweets publics n’ont aucune chance que je les suive en retour : de quoi parlent-ils ? en quoi aurais-je intérêt à les suivre ? Si ce qu’ils disent est suffisamment intéressant, alors pourquoi se cacher ?

Et vous, quelles sont les pratiques qui vous dissuadent de suivre un twitto ?

Billets en relation :

  1. Pourquoi tweeter ? 
  2. Comment choisir les profils à suivre ? 
  3. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?
  4. Les 20 termes à connaître
  5. Débuter sur Twitter : les outils pour gérer son compte
  6. Twitter contre Echofon : le match des applis iPhone
  7. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Web in Alps : Rencontre avec Fadhila Brahimi

fadhila brahimi WIALe 1er décembre dernier, Fadhila Brahimi était invitée à Web In Alps, l’événement grenoblois qui connecte les acteurs du web alpin, pour une conférence sur le thème : « Stratégie de présence, communication et visibilité ».

J’ai eu la chance d’échanger avec elle plus longuement ensuite. Je l’ai interrogée sur son parcours qui m’interpelle, mais aussi sur les régions qui bougent en France côté numérique et sur les ingrédients qui expliquent le dynamisme de certaines d’entre elles.

Voici un petit feed back de cette rencontre, en deux volets, à lire sur mon blog Grenoble numérique :

  1. Fadhila Brahimi ou comment devient-on experte du personal branding ? 
  2. Quelles sont les régions les plus dynamiques côté numérique et pourquoi ?

Avec Silver Bird, restez connecté à Twitter

J’ai téléchargé il y a peu l’application Silver Bird disponible sur Chrome. Cette petite extension qui se place à droite dans votre barre d’outils vous permet de rester connecté à Twitter sans avoir à ouvrir une nouvelle page web.

En cliquant sur le petit oiseau, une fenêtre s’ouvre en haut à droite de votre écran. Apparait alors votre timeline, mais aussi différents onglets avec vos mentions, vos messages privés et vos favoris. Silver Bird offre également un accès rapide à vos listes ainsi qu’au moteur de recherche.

Vous pouvez poster un tweet, un lien (URL du lien raccourci automatiquement), réagir, retweeter, etc. directement depuis la fenêtre de Silver Bird.

Un compteur permet de savoir combien vous avez de tweets non lus.

Le + :

Lorsque vous cliquez sur une liste et que vous quittez Silver Bird pour reprendre votre surf, les nouveaux tweets de la liste apparaissent en bas à droite de votre écran. Juste le temps pour vous d’y jeter un coup d’oeil. Un clic rapide avec votre souris vous permet de le laisser ouvert pour le lire plus calmement et interagir si vous le souhaitez.

Le – :

Le + est aussi le point négatif, à savoir que vous pouvez vite vous laisser déborder par les tweets qui apparaissent sans cesse au bas de votre écran. Ce pop-up s’affiche par ailleurs trop rapidement et vous n’avez parfois pas le temps de cliquer pour le laisser ouvert et vous rendre compte s’il est intéressant de s’y attarder. Mais, au fond, c’est aussi une question d’habitude, comme pour le pop-up qui vous signale l’arrivée d’un nouveau mail.

Billets en relation :

  1. Pourquoi tweeter ?
  2. Comment choisir les profils à suivre ?
  3. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?
  4. Les 20 termes à connaître
  5. Les outils pour gérer son compte

Débuter sur Twitter #5 : les outils pour gérer son compte

Même si, en France, Twitter n’a pas encore atteint le succès d’un Facebook, tout le monde connait au moins son existence, ne serait-ce que de nom. Ce que l’on sait moins (enfin ce qu’ignorent généralement les non Twitter addicted), c’est la foultitude de services et applications nés grâce à Twitter. En effet, il existe toute une panoplie de services dédiés à la gestion de son compte Twitter. Les connaitre et les utiliser vous aideront à tirer le meilleur parti de Twitter.

Dans ce chapitre, nous verrons quelques-uns des outils servant à gérer ses followings (abonnements).

Deux outils pour mieux gérer ses listes : HootSuite et TweetDeck

Le site même de Twitter propose la création de listes. Elles sont limitées à 20. C’est peu si vous avez un grand nombre d’abonnements très diversifiés. Mais c’est déjà pas si mal. Le tout est d’arriver à créer les bonnes listes, c’est-à-dire trouver un classement pertinent de vos followers.

Personnellement je regrette régulièrement de ne pas avoir une liste « divers », une liste fourre-tout en quelque sorte, qui me servirait, entre autres, à mettre de côté mes derniers abonnements que je n’ai pas encore pris le temps de connaitre pour les caser dans une case justement. Cette absence de liste « divers » m’oblige en même temps à essayer au maximum de classer tout de suite mes nouveaux followings. Ne pas le faire m’expose, enfin les exposent (heureusement, ils ne le savent pas) au risque qu’ils se perdent dans ma time line sans espoir de retour. Je veux dire par là que je ne pourrais repérer, au milieu de mes 600 abonnements, un twitto non classé qui ne publierai qu’un ou deux tweets par jour, le nombre de tweets quotidiens sur ma time line étant bien trop important.

Il existe des outils pour mieux gérer ses followings, les classer et consulter plusieurs listes sur un même écran.

  • Pour ma part, j’utilise HootSuite. HootSuite vous permet d’importer vos listes Twitter. En créant des onglets, vous pouvez afficher pour chaque onglet jusqu’à 10 listes. L’intérêt de HootSuite est aussi de pouvoir consulter les flux de vos autres réseaux sociaux, Facebook, LinkedIn, ainsi que vos flux RSS. Et vous pouvez poster via HootSuite sur les réseaux que vous avez sélectionnés.

HootSuite


  • Autre outil : TweetDeck. Personnellement, je lui préfère Hootsuite pour plusieurs raisons. TweetDeck ne gère que votre compte Twitter. Par ailleurs, s’il permet d’afficher toutes vos listes sur un seul écran, cette présentation rend la navigation moins ergonomique. Je n’aime pas non plus l’affichage des tweets en blanc sur fond noir. Et contrairement à Hootsuite qui vous propose différentes présentations, TweetDeck n’offre aucune personnalisation possible.

TweetDeck

Les outils pour gérer ses followers, connaitre qui vous suit et ne vous suit pas.

Lorsque vous commencez à avoir un nombre significatif d’abonnés et d’abonnements, il vaut mieux faire un peu de ménage de temps en temps.

Comme je l’ai précisé dans un précédent article (Comment choisir les profils à suivre ?), ne suivez pas pour suivre, suivez les profils qui présentent un réel intérêt pour vous. Certains twittos ne vous suivent qu’en espérant que vous les suivrez en retour.

Voici 4 outils pratiques pour savoir qui vous suit, ne vous suit pas :

  • JustUnfollow pour connaître vos non-abonnés (que vous suivez mais qui ne vous suivent pas en retour) et vos fans (qui vous suivent et que vous ne suivez pas). Ce service vous permet aussi de repérer les comptes inactifs depuis 1, 3 ou 6 mois.

  • Unfollow Finder vous donnent deux informations : ceux qui ne vous suivent pas et ceux que vous ne suivez pas. Ce service dispose d’une interface très simple qui, du coup, ne vous permet pas de vous désabonner par exemple ou d’accéder à la biographie d’un twitto. Si vous cliquez sur un profil, vous êtes redirigés directement sur sa page Twitter.
  • Friend or Follow, mon préféré. Même service qu’Unfollow Finder (les non-abonnés sont appelés « suivants » et ceux que vous ne suivez pas, les « fans ») sauf qu’en plus, vous avez accès à vos amis (ceux que vous suivez et ceux qui vous suivent). En passant la souris sur les avatars, vous affichez également le profil. 
  • ManageFlitter. Dans sa version gratuite, ManageFlitter permet de connaître les gens qui ne vous suivent pas en les classant : les plus et les moins « bavards », ceux qui n’ont pas tweetés depuis 30 jours… Vous visualisez en même temps leur biographie et leur dernier tweet. D’autres fonctionnalités sont disponibles dans un mode payant. Une interface (en anglais) assez complexe toutefois.

Billets en relation :

  1. Pourquoi tweeter ? 
  2. Comment choisir les profils à suivre ? 
  3. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?
  4. Les 20 termes à connaître
  5. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Digikaa, le réseau des pros du digital, fête ses un an

Lancé en avril 2011, Digikaa est le réseau social des professionnels du digital.

Chefs de projet web, community managers, développeurs, consultants, social media managers, responsables de web agency, webmasters, journalistes… Digikaa souhaite rassembler tout ce que le monde numérique compte d’experts et professionnels du secteur.

Comme tout réseau social, Digikaa propose de créer son profil et de se constituer son réseau en rejoignant ou invitant ses connaissances professionnelles.

La particularité de Digikaa (outre les secteurs d’activité liés au web) ? L’exposition sous formes de projets. Vous pouvez ainsi indiquer précisément sur quels projets vous travaillez ou avez travaillé, avec qui, etc. et les intégrer à votre CV.

Réseau de niche, Digikaa présente l’intérêt de regrouper au sein d’un même réseau les contacts, infos, événements, offres d’emploi propres au secteur digital. Une fonction permet, de plus, d’indiquer votre disponibilité immédiate sur le marché du travail afin d’attirer plus facilement l’oeil de recruteurs potentiels.

Evidemment, le réseau Digikaa s’est aussi inspiré de ses illustres prédécesseurs, qu’ils se nomment Facebook, Twitter, LinkedIn ou Viadeo. Le mur permet ainsi de s’exprimer, de partager un lien, une photo, un document… et de le repartager sur Facebook et Twitter. La page d’accueil affiche l’actualité de votre réseau, les nouveaux contacts de vos contacts, leurs projets, les liens partagés. De même, à l’image des Twittapéros, Digikaa organise des Digikaapéros.

Autre fonctionnalité : les groupes. Pour l’heure, le mélange des genres est de rigueur. Je m’explique : on y trouve aussi bien des groupes (pages) créés par des entreprises ou par des médias, que de véritables groupes sur des sujets de discussion. Un point à améliorer à mon sens pour plus de clarté. Pourquoi ne pas séparer tout simplement ce qui s’apparente à des pages entreprises et les groupes d’échanges et de networking ?

Digikaa a fêté ses un an le 10 avril. Le réseau des pros du digital est donc encore un tout jeune bébé qui ne demande qu’à grandir, s’épanouir et se perfectionner. Aux côtés des réseaux professionnels généralistes que sont LinkedIn et Viadeo, les réseaux par filières métiers ont aujourd’hui une place à prendre.

A noter que Digikaa s’apprête à proposer des fonctionnalités payantes pour les entreprises, notamment sur la partie recrutement.

Enfin, à l’occasion de son premier anniversaire, Digikaa a lancé son application iPhone qui reprend, pour l’heure, les fonctionnalités du site.

Débuter sur Twitter #4 : les 20 termes à connaître

Bien que simplissime au premier abord, la prise en main de Twitter demande un peu d’entraînement. J’ai publié précédemment sur ce blog une série de billets sur le thème « Comment débuter sur Twitter » :

  1. Pourquoi tweeter ? 
  2. Comment choisir les profils à suivre ? 
  3. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter ?
  4. Les outils pour gérer son compte Twitter
  5. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Après la méthode, j’ai eu envie de poursuivre en explicitant un peu ces termes et sigles qui peuplent les tweets. En effet, pour les habitués de Twitter, les RT, hashtags, FollowFriday et autres TL n’ont pas de secrets. Mais lorsque l’on débute, difficile parfois de se retrouver dans tout ce jargon. Alors voilà les principaux termes que vous rencontrerez sur le réseau :

  • followers (ou abonnés) : les personnes qui vous suivent
  • followings (ou abonnements) : les personnes que vous suivez
  • twitto : utilisateur de Twitter
  • @pseudo: le caractère @ suivi d’un pseudo fait référence à un utilisateur de Twitter. On l’utilise lorsque l’on veut répondre directement à quelqu’un. Cela lui permet de savoir immédiatement qu’un message lui est adressé.
  • RT (re-tweet) : le RT suivi de @pseudo signifie que l’on retransmet le tweet de quelqu’un d’autre. On peut placer un commentaire avant le RT. Twitter permet aussi de retweeter via un simple clic sur le bouton « retweeter » visible sous un tweet. Cela est plus rapide mais ne permet pas d’apporter un commentaire au tweet. De plus, il rend moins visible la personne qui a retweeté car n’apparaît sur l’écran que le nom de la personne originaire du tweet.
  • via @pseudo : parfois vous ne voulez pas retweeter un post en intégralité ou bien vous voulez le modifier, le compléter tout en en rappelant la source. En indiquant via @pseudo, vous précisez ainsi la personne qui vous a inspiré le tweet.
  • TL (Time Line) : votre fil twitter, c’est-à-dire tous les tweets des personnes que vous suivez.
  • DM (Direct Message) : pour envoyer un message privé à quelqu’un sans en avertir toute la twittosphère. Attention, vous ne pouvez envoyer un message direct qu’à un follower qui vous suit.
  • Listes : elles permettent de classer vos abonnements par catégorie. Elles sont très utiles dès que vous commencez à avoir plusieurs dizaines d’abonnements. Vous avez le droit de créer 20 listes. Vous pouvez aussi vous abonner à des listes constituées par d’autres twittos.  Une chose à savoir : vous n’êtes pas obligés de vous abonner à un follower pour l’intégrer dans une liste. Il apparaîtra alors seulement dans la liste que vous avez créée, mais pas dans votre TL. Cela évite d’encombrer votre fil Twitter avec des comptes que vous ne désirez suivre que de loin. Sachez que vous pouvez aussi créer des listes privées, visibles de vous seuls.
  • Listé : indique les listes dans lesquelles vos followers vous ont classé.
  • Favoris : ce sont les tweets que vous aurez décidés de conserver en cliquant sur la petite étoile sous le tweet en question.
  • hashtags (#). Ils permettent aux utilisateurs de suivre plus facilement les tweets concernant un événement ou un sujet en particulier. En cliquant sur un hashtag, vous avez accès à tous les tweets relatifs à ce hashtag, y compris ceux écrits par des personnes que vous ne suivez pas. Cela est très pratique lorsque vous voulez suivre tout ce qui se dit sur une manifestation en direct. Les hashtags permettent aussi d’effectuer une veille sur un sujet donné. Pour savoir quel hashtag utiliser quand vous tweetez ou connaître le hashtag correspondant à un événement, vous pouvez vous référer au site What Hashtag : vous tapez un mot clé et le moteur de recherche vous indique tous les hashtags en lien avec votre requête selon leur fréquence d’utilisation.
  • livetweeter : raconter en direct sur Twitter un événement, une émission que vous suivez, en prenant soin d’intégrer le hashtag correspondant à l’événement.
  • compte vérifié : il s’agit d’un compte authentifié comme tel. Cela permet d’être sûr que l’on suit bien le compte de la personne, l’organisme ou l’entreprise que l’on souhaite et non celui d’un homonyme ou d’un escroc. Le compte vérifié apparaît avec une icône sous forme de fleur bleue marquée d’un v blanc.
  • FollowFriday (#FF) : tous les vendredis, les twittos vous recommandent d’autres twittos à suivre. Ils les indiquent par un #FF suivi de @ et du nom de la personne. Cette pratique vous permet de faire de belles découvertes surtout lorsque le twitto prend la peine de commenter son FollowFriday pour nous expliquer pourquoi il nomme telle ou telle personne.
  • #jeudiconfession : à la manière du #FF, le #jeudiconfession, comme son nom l’indique, invite les twitos à exprimer chaque jeudi quelque chose qui leur tient à coeur.
  • raccourcisseurs d’URL : sur Twitter, il faut faire court, alors raccourcir les liens est indispensable. Si vous postez depuis Twitter (ou depuis l’un de ses nombreux clients), cela est automatique. Mais vous pouvez passer aussi par un raccourcisseur d’URL. Il présente l’avantage de vous offrir des services en plus, comme des statistiques par rapport au nombre de clics sur vos liens. Pour ma part, j’utilise bitly.
  • tendances : ce sont les termes les plus utilisés sur la twittosphère à un moment donné.
  • tweet sponsorisé : tweet publicitaire. Il apparaît dans le haut de votre TL et est indiqué clairement par une petite icône orange et la mention « sponsorisé par … ».  Vous ne recevrez de tweet publicitaire que si vous êtes abonnés à l’entreprise qui le produit.
  • tweet géolocalisé : lorsque vous tweetez, vous avez la possibilité de vous géolocaliser. Sous Twitter, il suffit  de cliquer sur le petit cercle barré qui apparaît sous le cadre de votre statut et de choisir éventuellement parmi les lieux proposés. Les tweets géolocalisés sont encore rares. Sur votre TL, la géolocalisation apparaît par une petite icone en forme d’épingle en haut à droite du tweet. La géolocalisation peut être intéressante dès lors que vous donnez votre avis sur un restau ou un commerçant, ou bien pour les sites d’emploi par exemple.

Billets en relation :

  1. Pourquoi tweeter ? 
  2. Comment choisir les profils à suivre ? 
  3. Comment profiter au maximum de tout le potentiel de Twitter
  4. Les outils pour gérer son compte Twitter
  5. Avec SilverBird, restez connecté à Twitter

Wizbii, le réseau pro des jeunes diplômés, s’ouvre aux entreprises

L’actualité se bouscule pour Wizbii. Le 7 novembre prochain, le réseau professionnel des étudiants et jeunes diplômés, s’ouvre aux entreprises. Après une première version en bêta en février dernier, Wizibii a lancé sa version tout public en septembre. Dans le même temps, les fondateurs, trois jeunes diplômés grenoblois (Benjamin Ducousso, Romain Gentil, Emeric Wasson), annonçaient une levée de fonds de 318 000 €. Rencontre avec Romain Gentil.

Quel est le concept de Wizbii ?

L’objectif de Wizbii au départ était de créer un outil pour permettre au futur créateur d’entreprise d’entrer en contact avec les interlocuteurs et prestataires susceptibles de l’aider dans son projet. Mais nous nous sommes aperçus que, si 60% des étudiants disaient vouloir créer leur entreprise, seuls 3% passaient effectivement à l’acte. Nous avons donc réorienté notre projet afin de proposer aux étudiants et jeunes diplômés un réseau professionnel complet, destiné aussi bien aux créateurs qu’aux jeunes qui souhaitent améliorer leur visibilité et leur employabilité.

Qu’est-ce qui vous distingue des réseaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo ?

Seulement 8% des moins de 25 ans sont actifs sur ces réseaux. Les jeunes sont davantage présents sur Facebook. Il leur fallait donc un réseau professionnel qui leur soit dédié. Nous ciblons les 18-28 ans.*

Concrètement, que proposez-vous sur Wizbii ?

Wizbii vous permet trois choses : développer votre réseau, participer à des projets, trouver un job ou un stage.

Sur Wizbii, le jeune peut mettre en avant sa personnalité et ses compétences. A la différence d’un CV classique, les expériences associatives et les projets personnels sont valorisés dans le CV version Wizbii. Les recruteurs peuvent ainsi aller plus loin dans l’analyse de candidats potentiels.

La grande nouveauté, c’est justement la version entreprise que nous lançons le 7 novembre prochain et qui permettra aux recruteurs à la fois de poster leurs annonces et d’effectuer des recherches dans la CVthèque. De plus, nous souhaitons mettre l’accent sur un système de « matching » élaboré qui tient compte à la fois des intérêts, des compétences, de la disponibilité, de la mobilité des candidats et des attentes des recruteurs. Les offres des entreprises seront ainsi redirigées, sous forme de suggestions, vers les étudiants et jeunes diplômés qui correspondent le mieux.

Combien avez-vous d’inscrits aujourd’hui ?

Nous comptons 10 000 membres. Nous avons effectué, en septembre, une levée de fonds de 318 000 € auprès des Grenoble Angels, de la Banque Populaire des Alpes et du Crédit Agricole. Cela nous permettra, entre autres, de mieux faire connaître Wizbii auprès des étudiants et jeunes diplômés ainsi qu’auprès des entreprises. Nous visons les 40 000 jeunes inscrits fin 2011 et 400 000 d’ici à 3 ans.

Quels sont les prochains objectifs ?

Nous souhaitons nous développer à l’international. Début 2012, nous lançons la version anglaise. Dans le courant de l’année prochaine, nous sortirons également une application iPhone et iPad. Mais la priorité aujourd’hui est de dégager du chiffre d’affaires.

Justement quel est votre business model ?

Wizbii est entièrement gratuit pour les étudiants et jeunes diplômés. Par contre, la consultation détaillée des CV et le dépôt d’annonces est payant pour les entreprises.

* L’un des concurrents de Wizbii est un site nantais, Yupeek.

%d blogueurs aiment cette page :